Friday, July 14, 2006

C'est bon d'avoir des colcs comme ça !

Ils sont vraiment bons, mes colocs !

Dan, cet Anglais de 32 ans, je ne le présente plus. Même le plus anti-Anglais des Français l’apprécierait, tellement il est énorme !

Lundi dernier, il s’était pris un jour de congé pour suivre avec nous la finale de la Coupe du monde (eh oui, décalage horaire oblige, la finale était diffusée en direct un lundi matin à 6h !). Le savoyard est venu me chercher à 5 heures ; Dan nous attendait dans la cuisine. Il a sorti trois bières du frigo et nous a dit : « voilà, ça, c’est pour le p’tit dèj’ ! ». Une bière au sortir du lit, de si bonne heure, j’vous assure que c’est hardcore ! Puis il nous a sorti avec son bel accent british les deux phrases qu’il connaît en français : « je suis Français. Allez la France ! ». Le match, on l’a suivi à l’Holy Grail, après avoir ramassé au passage Armand dans sa caravane. On s’est bus un paquet de bières là bas, mais Dan y est allé encore plus fort que nous. A 8 heures, il était déjà bien bourré… Bon, nous, c’était pareil je dois reconnaître… A la fin du match, Dan semblait aussi dépité que nous ; on est partis dans la caravane pour refaire le match et l’oublier, bien aidés faut-il le préciser par le pack de bières que Dumé (un autre Français) nous a rapporté… Dan était toujours là, seul Anglais dans cette marée française…

Il y a également Dave & Irene, un couple d’Irlandais ultra gentils et vraiment pas casse-couilles. Leur seul problème, c’est qu’ils ne décollent pas de la télé…

Il y a aussi Pancho, un Péruvien. On ne le voit jamais, il ne parle pas un mot d’anglais, mais n’est pas chiant non plus.

Et puis, il y a Frances, la dernière arrivée. Frances est une Irlandaise de 23 ans. Mon premier contact avec elle fut plutôt étrange : j’étais dans le couloir, à l’étage, en train de faire internet, à une heure où il n’y avait personne dans la maison. Sa chambre était à côté ; je l’entendais dégueuler. Puis elle est sortie de sa chambre, à moitié à poil, pour aller prendre sa douche… Je lui ai dit « hello » ; elle ne savait pas que j’étais là et s’est vite engouffrée dans la salle de bain…

L’autre jour, elle m’a parlé pour la première fois. Elle m’a expliqué qu’elle venait de casser avec son copain, alors qu’ils étaient restés ensemble pendant près de 9 ans… Et que depuis, elle enchaînait les grosses soirées et les grosses bitures… Je lui ai dit qu’un jour, elle devrait venir boire des bières avec nous… Elle m’a répondu : « ah non, moi j’bois pas d’bière ! J’me mets des vodka, c’est plus radical ! ».

Hier soir, le Savoyard s’est ramené avec une bouteille de vodka. Une promo du feu de dieu, 24$ la bouteille de Smirnoff au lieu de 39$ ! Il en a proposé à tout le monde, mais Dan a refusé (il a compris qu’il ne saurait jamais où pourrait l’amener un apéro avec des Français, et comme il bossait le lendemain matin, il a pris une sage décision). Frances aussi a refusé : elle gardait encore des séquelles de la précédente soirée. Elle nous a dit qu’elle ferait une pause ce jeudi soir. Guillaume a insisté ; elle a pris un verre de vodka. Il lui a demandé si après, elle voudrait nous accompagner à l’Iconic, un bar sur Manchester street. Elle a dit « non, non, faut vraiment que j’arrête d’enchaîner les sorties comme ça ! ». Il lui a servi un second verre, et puis un troisième. Au quatrième, c’était décidé, elle nous accompagnerait ! Elle a appelé sa copine irlandaise, et hop ! Voilà comment on motive les gens, à coups de vodka !

A l’Iconic, les jeudi soirs, 3$ les verres d’alcool… On s’est mis chers, Frances était bouillante, sa copine aussi, Guillaume et moi complètement fracas, puis on a perdu leur trace, me souviens on s’est fait virer du Mad Cow, puis dans le bar d’à côté ils n’ont pas volu nous laisser entrer, et on a fini dans un bar maori à 5 heures du matin, où les boissons étaient à 3$, là encore… Encore une belle soirée à vite oublier…

It’s really good to have such flatmates !

First, there’s Dan. Even the most anti-English Frenchman would appreciate him!

He took his day off last Monday, so that he could watch with us the World Cup final between France & Italy (because of the time difference, the final was at 6 on a Monday morning, here in New Zealand!). Guillaume from Savoy came at 5 in my house; Dan was waiting for us in the kitchen. He took 3 beers from the fridge and said “that’s for the breakfast!”. Then he said the two french sentences he knew (with his beautiful british accent): “je suis français. Allez la France!”. Hehe. The game, we watched it at the Holy Grail, after having picked up Armand in his caravan. We drank heaps of beers at the Holy Grail, Dan even more than us... By 8, we were all drunk... After the game was over, Dan seemed sad, just like us... Then we went to the caravan to forget the game – Dumé (another French guy) having brought a pack of Export Gold.

Other flatmates include Dave & Irene, a couple of very kind Irish people, and Pancho, a strange guy from Peru (we never see him, and he doesn’t speak english).

And then, there’s Frances, the latest person who came here. She’s 23 & she’s Irish.

Yesterday, Guillaume arrived at 8 pm, with a bottle of vodka (big deal! 24$ the bottle of Smirnoff instead of 39$!). She likes vodka, but said she wouldn’t drink because she needed a break, after the big party she had on Wednesday... He insisted a bit; she eventually accepted a glass... She didn’t want a second one; he insisted a bit, and she took a second glass. By the end of the fourth glass, she decided to go out with us. She phoned her friend, and we went to the Iconic bar (any drinks, 3$ on Thursday night!), on Manchester street... It’s great to ‘discover’ one of our flatmate on a dancefloor! Talking about last night, it was huge, Guillaume & me were totally drunk, we were kicked out of the Mad Cow, then they wouldn’t let us enter in the bar next door, then we finished in a maoris-packed bar, at 5 am, where alcohol were at 3$ as well... Another big night.

Jey

10 Comments:

At 3:10 PM, Anonymous pecanio said...

ca c'est une belle brochette!!!!

 
At 4:16 PM, Anonymous Char said...

it's Bastille Da

sortir et se mettre la tete

 
At 9:54 AM, Anonymous Anonymous said...

hahahaha, good Char

 
At 12:09 PM, Blogger New Zealand said...

Moi c'est decidé j'arrete mon job, marre de raté ttes ces bitures!!! ou sinon jdis a mon pere que j ai pas de vacs et je prend mes deux semaines de vacances a me biturer avec jey avant qu il ns abandonne pour Auckland... (mauvaise idée je vais tout simplement m'emmener ma vinasse a l'hopital)

 
At 5:02 AM, Anonymous Freddo said...

Message qui n'a rien a voir, mais Jey il existe un de tes blogs qui n'est plus mis a jour depuis un long moment, et comme il est tellement bon de le lire celui la je me permet d'en laisser un extrait...

Confessions d'un grand pisseur

Je confesse. J'ai pissé sur le quai de la gare de Nice, il y a quelques années mais j'étais pressé, le train pour Antibes allait débouler. J'ai pissé dans un canal à Amsterdam, le Prinsengracht me semble-t-il, mais j'étais pressé, le concert de The Vines m'attendait. J'ai pissé, un jour - et c'était bel et bien le jour -, dans le parking du Grand Hôtel mais j'étais pressé et j'ai tout de même pris le soin d'éviter ma voiture. J'ai pissé, à maintes reprises, dans les ruelles du Vieux-Nice mais j'étais pressé et le local à poubelles derrière le Tapas m'inspirait. L'automne dernier à Bangkok, j'ai pissé sur la porte de la cuisine d'un restaurant, mais j'étais pressé et n'avais pas compris où se trouvaient les chiottes. J'ai également pissé sur les quais de la Seine à Paris mais j'étais pressé, des gens pouvaient à tout moment débarquer. J'ai pissé dans le lavabo chez Bastien la première fois où je suis allé chez lui, c'était en 1999 mais j'étais pressé, et surtout très bourré ce soir-là. La nuit du 31 décembre 2001, j'ai pissé dans la cage d'escalier d'un immeuble à la Foux d'allos mais j'étais pressé et les douze coups de minuits approchaient. Petit, j'ai pissé dans mon lit mais j'étais pressé et les cabinets dans mon rêve étaient plus que réalistes. Une fois, j'ai pissé au beau milieu d'un rond-point, mais j'étais pressé et c'était à Frontignan et personne ne me connaissait là bas. Enfin, une nuit d'ivresse, j'ai pissé dans le salon chez mes grand-parents mais c'était la nuit et j'étais pressé et je n'avais pas le temps de trouver la porte du salon. Alors, oui, je confesse, je suis un homme pressé.

 
At 2:50 AM, Anonymous Anonymous said...

Interesting site. Useful information. Bookmarked.
»

 
At 11:40 PM, Anonymous Anonymous said...

I find some information here.

 
At 5:48 PM, Blogger New Zealand said...

très très bon pourrait on avoir l adresse du blog?

 
At 11:18 PM, Anonymous Anonymous said...

Hi! Just want to say what a nice site. Bye, see you soon.
»

 
At 4:06 AM, Anonymous Anonymous said...

I'm impressed with your site, very nice graphics!
»

 

Post a Comment

<< Home